~ "All Under Heaven", A Novel By Pearl Sydenstricher Buck ~

 

Forcé par un coup d'état communiste de retourner en Amérique après 25 années en Chine, Malcolm MacNeil et sa femme bien-aimée, Nadya ne savait à quoi s'attendre. Ce n'est que dans leur amour durable ont-ils trouver la force dont ils auraient besoin pour faire face à l'avenir - et les dures réalités de leur homeleand nouvelle.

 

            Pearl Sydenstricher Buck
'

Autres noms Pearl S. Buck
Activité(s) Écrivain
Naissance 26 juin 1892
Hillsboro, Virginie  États-Unis
Décès 6 mars 1973
Danby, Vermont  États-Unis
Genre(s) roman
Distinctions Prix Pulitzer (1932)
Prix Nobel de littérature (1938)

Pearl Sydenstricher Buck, née à Hillsboro (Virginie) le 26 juin 1892, et décédée le 6 mars 1973 à Danby (Vermont), est une femme de lettres américaine.

Alors qu'elle n'a que 3 mois, ses parents missionnaires presbytériens partent en Chine près de Chinkiang, puis à Shanghaï, où elle va apprendre le mandarin avant l'anglais. Elle fait ses études universitaires à Randolph Macon en Virginie, puis retourne en Chine où elle épouse John Buck, un ingénieur agronome américain en 1917, avec qui elle part à Suzhou, en Chine de l'est. Elle s'établit ensuite à Nanjing jusqu'à 1927, puis au Japon et revient en 1933 aux États-Unis, où elle divorce en 1935.

En 1930 paraît son premier roman inspiré par la Chine qui ouvre un grand cycle romanesque : Vent d'Est, Vent d'Ouest. En 1931, La Terre chinoise, inspiré par son séjour à Suzhou, connaît un immense succès (égal à celui de Quo Vadis). Elle est la première femme à obtenir le Prix Pulitzer en 1932 pour La Terre chinoise. Cet ouvrage, adapté avec grand succès au cinéma (Visages d'Orient), est prolongé par Les fils de Wang Lung (1932) et La Famille dispersée (1935).

La production littéraire de Pearl Buck est foisonnante et comprend des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre, des essais, des recueils de poèmes et même un livre de cuisine. La plupart évoque le pays de son enfance et s'inspire de l'art populaire chinois. Ses œuvres, écrites dans un style simple et concis, communiquent au public occidental son amour pour la Chine et pour ses habitants. Leur succès est certainement pour beaucoup dans l'attrait en Occident pour cette région du monde. En Chine où la popularité de l'auteur ne s'est jamais démentie, elle est considérée, sans ironie, comme un vrai auteur chinois[1].

Dans Un cœur fier (1938), elle pose le problème de la femme artiste et expose le conflit d'une femme entre son œuvre de sculpteur et sa vie d'épouse et de mère. La maladie mentale de sa fille lui inspire notamment L'enfant qui n'a pas pu grandir (1950). Pearl Buck reçoit le Prix Nobel de littérature en 1938 pour « ses descriptions riches et épiques de la vie des paysans en Chine et pour ses chefs d'œuvres biographiques. ».[2]

Elle a créé en Pennsylvanie une fondation pour l'adoption des enfants abandonnés et y a consacré temps et argent. Pearl Buck meurt d'un cancer en 1973.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

diplome-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site