La philosophie de l’Histoire à travers les ouvrages de José Ortega Y Gasset ("La Génération Décisive")

José Ortega y Gasset philosophe de l’Histoire

Par Charles Cascalès, agrégé de philosophie,
auteur de ‘L’humanisme d’Ortega y Gasset’, PUF,1957

INTRODUCTION

Nous nous proposons d'exposer dans cette étude la philosophie de l'histoire d'Ortega y Gasset, le plus important des philosophes espagnols contemporains. Né à Madrid en 1883, José Ortega y Gasset poursuit ses études de philosophie dans les universités allemandes de Leipzig, Berlin et Marbourg. Il est professeur de philosophie à l'université de Madrid de 1910 à 1936, puis à l'étranger jusqu'en 1946.

Journaliste (son père dirige El Imparcial, grand quotidien de gauche), Ortega fonde en 1915 la revue España, avec Azorin et Eugenio D' Ors, et en 1923 la Revista de Occidente qui paraîtra jusqu'en juillet 1936, pour revoir le jour en 1961. En 1931, Ortega est député de la province de Leon aux Cortes de la République, mais il se retire progressivement de la vie politique jusqu'à son exil en août 1936 à la suite du soulèvement de Franco. Il meurt en octobre 1955 à Madrid.

C'est principalement comme chef d'école philosophique qu'Ortega rénove la pensée espagnole et contribue pour une large part à l'essor intellectuel des pays de langue espagnole. Si la philosophie hégélienne inspire partiellement les conceptions d'Ortega, c'est en fait toute la philosophie allemande qu'il s'est appliqué à repenser depuis Leibniz et Kant jusqu'à Dilthey, Husserl et Heidegger. C'est cette osmose qui explique la parenté qu'on peut relever entre celui-ci et le penseur ibérique. La dette d'Ortega envers l'auteur de Sein und Zeit est pourtant minime.

Il faut savoir, en effet, que les concepts déterminants de la phénoménologie heiddeggérienne préexistent parfois avec une antériorité de treize ans dans les écrits d'Ortega. Par exemple, l'idée de la vie comme inquiétude, préoccupation et insécurité, et de la culture comme sécurité et préoccupation de la sécurité se trouve dans les Meditaciones del Quijote, dès 1914. C'est aussi le cas pour la critique du substantialisme, pour la définition de la vie comme "dialogue dynamique entre l'individu et le monde", ainsi que pour l'interprétation de la vérité comme " dévoilement ". On pourrait donc situer la philosophie d'Ortega à côté de celles de Bergson et de Heidegger, en voyant en elles trois tentatives pour prolonger la réflexion critique de Kant chez qui, selon notre auteur, "sont contenus les secrets décisifs de l'époque moderne, ses vertus et ses défauts."

(Veuillez Cliquer ICI ou sur L'IMAGE pour être réorienté vers l'Article en complet *** Bonne Lecture)

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

diplome-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site