Le cercle de Vienne et le nouvel esprit scientifique * Jean-François Dortier

Le cercle de Vienne et le nouvel esprit scientifique

Jean-François Dortier

 

La Conception scientifique du monde, tel est le titre d'un manifeste qui paraît à Vienne en 1929. Ce texte émane d'un petit groupe de savants qui ont décidé de partir en guerre contre l'esprit spéculatif et métaphysique qui règne, selon eux, sur la pensée.

Parmi les signataires de ce manifeste, que l'on définira comme le cercle de Vienne, on trouve des philosophes - comme Moritz Schlick (1882-1936), l'animateur du groupe, ou encore Rudolph Carnap - mais aussi des logiciens Kurt Gödel, Otto Neurath, Hans Reichenbach, ainsi que des physiciens.

Pour le cercle de Vienne, comme on l'appelle alors, seule la science, fondée sur la démonstration rigoureuse et le recours aux faits d'observation, peut faire progresser la connaissance. Les connaissances scientifiques sont de deux ordres : il y a les propositions logiques et mathématiques qui sont cohérentes en soi et ne sont pas liées à l'expérience ; puis il y a les propositions empiriques, fondées sur les faits, qui doivent donc être soumises aux critères de vérification pour être établies comme vraies. Tout autre discours sur le monde est dénoncé comme vide de sens, ou réduit à des faux problèmes.

Pour rédiger leur manifeste, les membres du cercle se sont inspirés d'un essai publié quelques années plus tôt à Vienne : le Tractatus logico-philosophicus (1921). Son auteur, le jeune Ludwig Wittgenstein, est un personnage curieux. Issu d'une des grandes familles de la bourge...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

diplome-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×