~ Nancy Fraser : Qu'est-ce que la Justice Sociale ? Reconnaissance et Redistribution ... ~

Nancy Fraser

Nancy Fraser, née le 20 mai 1947, est une philosophe féministe et post-structuraliste, qui, en 2008, enseigne les sciences politiques et sociales à la New School University de New York.

Un paradigme important de Nancy Fraser est que la justice est un concept complexe, qui doit être compris comme le point de départ de trois dimensions séparées bien qu'entremêlées :

  • la question de la distribution (des ressources),
  • celle de la reconnaissance (des contributions variées des différents groupes sociaux), et
  • celle de la représentation (dans le langage et tout le symbolique).

Afin d'éviter des conceptions réductives de la justice et de la participation démocratique, elle affirme de plus que les théoriciens sociaux devraient synthétiser les éléments de ce qu'on appelle dans l'Université anglo-saxonne la « théorie critique » (« Critical theory ») c’est-à-dire toute pensée en porte à faux avec la réalité sociale, par exemple l'école de Francfort, la sociologie bourdieusienne, ou encore les gender studies, la théorie Queer et le post-structuralisme (français), afin de dépasser les questions politiques sur quoi les deux approches travaillent.

Néanmoins, Fraser est loin de demander une fusion vague de deux écoles ; elle milite plutôt pour un « néo-pragmatisme », dans lequel chaque école de pensée sépare rigoureusement les éléments utiles de ceux qui lui sont moins utiles. Ou encore, des éléments nuisibles mêmes aux analyses progressistes concernant les mouvements, les institutions sociales et sociétales. Ainsi Fraser se place-t-elle pleinement dans la tradition des théories progressistes, tout en modifiant cette tradition au travers des dernières théories : féministes, critiques et post-structuralistes.

En plus des nombreuses publications et des cours qu'elle a rédigés, Nancy Fraser est aussi l'éditrice de Constellations, une revue internationale de théorie critique et progressiste.

Qu'est-ce que la justice sociale ?

reconnaissance et redistribution

Pauline Thévéniaud

Pour penser la justice sociale, faut-il opposer demandes de reconnaissance et demandes de redistribution ? Telle est la question à laquelle Nancy Fraser tente de répondre dans Qu’est-ce que la justice sociale ? Une analyse de Pauline Thévéniaud.

Qu'est-ce que la justice sociale ?

reconnaissance et redistribution

Résumé

Une réflexion politique sur les droits de certains groupes sociaux en quête de plus de reconnaissance et de justice. L'auteure considère qu'une démocratie véritable se doit de reconnaître le caractère multiculturel et sexué des sociétés modernes. Les revendications des prostituées en Inde ou celles des couples homosexuels en faveur de l'autorité parentale illustrent le propos.

Quatrième de couverture

La reconnaissance est aujourd'hui un concept central du débat politique. Mais dans quelle mesure peut-elle s'intégrer à une réflexion normative sur la justice sociale ? C'est à cette question que répond la philosophe américaine Nancy Fraser, qui établit une distinction entre ce qu'elle appelle une politique de reconnaissance et une politique de redistribution. La première insiste sur l'égal respect dû à tous les membres d'une société, la seconde sur une redistribution équitable des biens et des ressources. Pour l'auteure, les conflits entre ces deux orientations sont politiquement paralysants et théoriquement insatisfaisants. En affirmant qu'une démocratie radicale consiste à reconnaître le caractère multiculturel et sexué des sociétés modernes, sans figer les identités des différents groupes ni renoncer à l'engagement historique de la gauche en faveur de l'égalité économique et sociale, elle vise à la réconciliation de la gauche culturelle et de la gauche sociale. Pour cette raison, cet ouvrage de philosophie politique est, à bien des égards, un livre politique.

Présentation

L'armée française distribue des portions sans porc à ses soldats musulmans. Un couple de lesbiennes demande et obtient, auprès d'un tribunal français, l'autorité parentale conjointe sur leurs filles. Des prostituées indiennes manifestent à Mumbai, brandissant des pancartes demandant : " Pourquoi cette discrimination ? " Autant d'actes, institutionnels ou subtils, dont l'enjeu est la reconnaissance de l'autre, donnée, octroyée, arrachée, refusée. La reconnaissance est aujourd'hui un concept central du débat politique. Mais dans quelle mesure celle-ci peut-elle s'intégrer à une réflexion normative sur la justice sociale ? C'est à cette question que répond la philosophe américaine Nancy Fraser, qui établit une distinction entre ce qu'elle appelle une politique de reconnaissance et une politique de redistribution. La première insiste sur l'égal respect dû à tous les membres d'une société, la seconde sur une redistribution équitable des biens et des ressources. Pour l'auteur, les conflits entre ces deux orientations sont politiquement paralysants et théoriquement insatisfaisants. En affirmant qu'une démocratie radicale consiste à reconnaître le caractère multiculturel et sexué des sociétés modernes sans figer les identités des différents groupes ni renoncer à l'engagement historique de la gauche en faveur de l'égalité économique et sociale, elle vise à la réconciliation de la gauche culturelle et de la gauche sociale. Pour cette raison, cet ouvrage de philosophie politique est, à bien des égards, un livre politique.

Repenser la reconnaissance avec Nancy Fraser

Par Frédérique Giraud

Proche de Habermas, Nancy Fraser a d’abord acquis une notoriété avec son commentaire critique de l’œuvre de celui-ci, gouverné explicitement ou tacitement par des préoccupations féministes. Contre la perspective défendue par Habermas d’un espace public unique, coextensif à la société, elle introduit l’idée d’une multitude de contre-publics subalternes, arènes de délibération des groupes en position de subordination. Elle établit en outre une distinction, au moyen d’une expression qui connaîtra une certaine fortune, entre publics forts et publics faibles, les premiers étant des lieux de formation de l’opinion autant que de prise de décision tandis que les seconds ne produisent que l’opinion.

La «lutte pour la reconnaissance» est en peu de temps devenue la forme paradigmatique du conflit politique à la fin du XXe siècle. Les revendications de «reconnaissance d’une différence» alimentent les luttes de groupes mobilisés sous la bannière de la nationalité, de l’ethnicité, de la «race », du genre et de la sexualité. Le concept de reconnaissance est à la base d’une redéfinition des principes de justice. Nancy Fraser tient pour acquis que, la justice implique à la fois la redistribution et la reconnaissance.

Dans Qu’est-ce-que la justice sociale ?, 2004 elle cherche à repenser la justice sociale à partir du concept de parité de participation. Toute prétention ou revendication est examinée en fonction de sa congruence avec ce critère, défini ainsi «L’égale participation est [ ... ] empêchée lorsque certains acteurs manquent des ressources nécessaires pour interagir avec les autres en tant que pairs. Dans de tels cas, la distribution inique constitue un obstacle à la parité de participation dans la vie sociale, et donc une forme de subordination sociale et d’injustice » A partir de la distinction entre deux formes d’inégalité, elle met à jour un dilemme redistribution/reconnaissance ... etc.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

diplome-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×